picto-doc-black-xs-631a0da60f0d0
picto-tel-black-xs-631a0dca135af
picto-geoloc-black
picto-teacher-white-xs-631a0dc3cb79e
picto-info-black-xs-631a0dac88c1e

Le casse-tête des devoirs à la maison

Une bonne méthodologie
Un accompagnement sur mesure
La confiance en soi
Une scolarité réussie

Comment bien organiser ses devoirs ? Tout est question de méthode et de bonne gestion, compétences apportées par Acadomia à chacun de ses élèves, en vue de sa réussite.

Comment faire en sorte que la réalisation des devoirs ne tourne pas mal entre parents et enfants ? Voici quelques conseils et techniques face au travail demandé par l’école.

Comment ça marche ?

Picto
Contactez l’un de nos conseillers pédagogiques, proche de chez vous
Picto
Notre conseiller pédagogique vous écoute et vous propose la solution adaptée et le meilleur enseignant
Picto
Vos cours démarrent ! Toutes nos solutions sont possibles à domicile, en centre ou en ligne

Comment ça marche ?

Picto
Contactez l’un de nos conseillers pédagogiques, proche de chez vous
Picto
Notre conseiller pédagogique vous écoute et vous propose la solution adaptée et le meilleur enseignant
Picto
Vos cours démarrent ! Toutes nos solutions sont possibles à domicile, en centre ou en ligne

Les devoirs, comment ça marche ?

En primaire, des devoirs allégés

En primaire, selon la loi, le travail à faire à la maison ne peut théoriquement pas être écrit. L’élève peut avoir du travail oral, comme une lecture, une leçon à apprendre, des révisions.

Bien souvent, des écoles font le choix de demander aux élèves de refaire des exercices déjà réalisés en classe afin d’acquérir des réflexes, en mathématiques ou en orthographe, par exemple.

D’autre estiment qu’en CM1 et CM2, il faut préparer les élèves à l’entrée en 6e afin qu’ils ne soient pas débordés par la masse de travail qui leur sera demandée.

Dans le secondaire et le supérieur, une charge de travail accrue

Le travail à faire à la maison augmente avec l’âge et les échéances, en particulier dans les classes à examen. Au collège, comme au lycée ou dans l’enseignement supérieur, il n’existe pas de règle préétablie.

Les devoirs sont fonction des professeurs et de leur façon de travailler. En effet, ils n’écrivent parfois même pas le travail à faire, considérant que les élèves sont assez autonomes pour savoir qu’ils doivent au moins relire leur cours et réviser. C’est souvent vrai au lycée, moins au collège.

De plus en plus d’enseignants, constatant un réel manque d’autonomie des enfants face aux « DM » (devoirs maison), reprennent toute une méthodologie au cours des heures de vie de classe, distribuant même parfois une fiche spéciale.

Voici une petite liste de ce que l’on peut attendre des élèves à ce niveau :

  • Apprentissage, révisions, etc.
  • Exercices, activités, corrections, etc.
  • Fiches de lecture d’une leçon, d’un chapitre, etc.
  • Recherches, exposés, etc.

Il est de plus en plus fréquent que certains devoirs soient à réaliser sur un support numérique, exigeant un accès à Internet.

Comment savoir si mon enfant a des devoirs ?

L’agenda est indispensable pour bien s’organiser.
Normalement, tout élève dispose d’un cahier de textes ou d’un agenda. C’est dans cet outil, prioritairement, que les devoirs doivent être écrits ou collés par ses soins (cela dépend du niveau).

La tenue d’un agenda n’a rien de négligeable et permet progressivement, dès les plus petites classes, d’apprendre à s’organiser, à planifier en fonction d’échéances plus ou moins lointaines. Cela donne aussi une visibilité physique sur le travail scolaire à accomplir. Il doit toujours être dans le cartable après usage.

Le rôle des ENT : de plus en plus prégnant

De plus en plus d’établissements scolaires, y compris en primaire, disposent d’un environnement numérique de travail (ENT). Normalement, votre enfant et vous disposez d’un accès à cet ENT dans lequel le ou les professeurs indiquent des éléments de cours ainsi que le travail à faire par matière.

C’est une bonne source d’information pour les parents. Les ENT sont en général disponibles sous forme d’application mobile : vous pouvez ainsi avoir au bout des doigts les devoirs, mais aussi tout ce qui touche à la scolarité de votre enfant (résultats scolaires, absences, retards, etc.).

Depuis les confinements successifs, ces ENT ont fait l’objet de nombreuses améliorations et certains disposent de fonctionnalités permettant à votre enfant d’avoir accès à des banques d’exercices et de cours supplémentaires. Cela offre une façon un peu différente de travailler pour les enfants.

Les devoirs, comment ça marche ?

En primaire, selon la loi, le travail à faire à la maison ne peut théoriquement pas être écrit. L’élève peut avoir du travail oral, comme une lecture, une leçon à apprendre, des révisions.

Bien souvent, des écoles font le choix de demander aux élèves de refaire des exercices déjà réalisés en classe afin d’acquérir des réflexes, en mathématiques ou en orthographe, par exemple.

D’autre estiment qu’en CM1 et CM2, il faut préparer les élèves à l’entrée en 6e afin qu’ils ne soient pas débordés par la masse de travail qui leur sera demandée.

Le travail à faire à la maison augmente avec l’âge et les échéances, en particulier dans les classes à examen. Au collège, comme au lycée ou dans l’enseignement supérieur, il n’existe pas de règle préétablie.

Les devoirs sont fonction des professeurs et de leur façon de travailler. En effet, ils n’écrivent parfois même pas le travail à faire, considérant que les élèves sont assez autonomes pour savoir qu’ils doivent au moins relire leur cours et réviser. C’est souvent vrai au lycée, moins au collège.

De plus en plus d’enseignants, constatant un réel manque d’autonomie des enfants face aux « DM » (devoirs maison), reprennent toute une méthodologie au cours des heures de vie de classe, distribuant même parfois une fiche spéciale.

Voici une petite liste de ce que l’on peut attendre des élèves à ce niveau :

  • Apprentissage, révisions, etc.
  • Exercices, activités, corrections, etc.
  • Fiches de lecture d’une leçon, d’un chapitre, etc.
  • Recherches, exposés, etc.

Il est de plus en plus fréquent que certains devoirs soient à réaliser sur un support numérique, exigeant un accès à Internet.

L’agenda est indispensable pour bien s’organiser.
Normalement, tout élève dispose d’un cahier de textes ou d’un agenda. C’est dans cet outil, prioritairement, que les devoirs doivent être écrits ou collés par ses soins (cela dépend du niveau).

La tenue d’un agenda n’a rien de négligeable et permet progressivement, dès les plus petites classes, d’apprendre à s’organiser, à planifier en fonction d’échéances plus ou moins lointaines. Cela donne aussi une visibilité physique sur le travail scolaire à accomplir. Il doit toujours être dans le cartable après usage.

De plus en plus d’établissements scolaires, y compris en primaire, disposent d’un environnement numérique de travail (ENT). Normalement, votre enfant et vous disposez d’un accès à cet ENT dans lequel le ou les professeurs indiquent des éléments de cours ainsi que le travail à faire par matière.

C’est une bonne source d’information pour les parents. Les ENT sont en général disponibles sous forme d’application mobile : vous pouvez ainsi avoir au bout des doigts les devoirs, mais aussi tout ce qui touche à la scolarité de votre enfant (résultats scolaires, absences, retards, etc.).

Depuis les confinements successifs, ces ENT ont fait l’objet de nombreuses améliorations et certains disposent de fonctionnalités permettant à votre enfant d’avoir accès à des banques d’exercices et de cours supplémentaires. Cela offre une façon un peu différente de travailler pour les enfants.

Où nous trouver ?

Nous sommes proches de chez vous.

Nos 9 astuces pour que parents et enfants finissent par apprécier les devoirs

Les 9 astuces que nous partageons ici avec vous vous permettront d’avoir des relations plus apaisées avec votre enfant quand il s’agira d’aborder la question du travail scolaire. Vous verrez : finalement, faire ses devoirs n’est pas forcément source de conflits. Un seul mot d’ordre : se donner les moyens de faire les devoirs sans que ce soit une corvée.

1. Accorder de vraies pauses

  • En rentrant à la maison, faire une vraie pause avant de commencer les devoirs en fin d’après-midi : prendre un goûter ou une collation, s’aérer le corps et l’esprit.
  • Faire une pause de temps en temps en fonction de la quantité de travail demandée : toutes les 15 minutes pour les petites classes (mais c’est rare d’en avoir beaucoup plus en primaire) ; toutes les 30 minutes au collège ; toutes les 1 à 2 heures en fonction des besoins, au lycée et dans le supérieur. C’est d’autant plus essentiel lorsqu’il faut mettre un coup de collier le mercredi après-midi ou le week-end.

2. Faire confiance à son enfant (mais pas trop quand même)

Dit comme cela, cela peut paraître excessif. Même si la fainéantise n’est pas de mise, laisser son enfant pleinement autonome s’il n’est pas assez mature peut le mener vers l’échec malgré lui.

À vous de voir avec lui les conditions pour que vous assuriez un minimum de suivi du travail scolaire :

  • Est-ce que vous vérifiez tout constamment ? Une ou plusieurs fois par semaine ?
  • Est-ce que vous l’accompagnez dans ses révisions, dans la réalisation d’un devoir ?
  • Est-ce qu’il a besoin d’autres personnes que vous ?
  • Est-ce qu’une « carotte » est nécessaire dans certains cas ? Laquelle ?

3. Avoir un espace de travail dédié

  • Chambre, bureau, cuisine, salle à manger, etc. : peu importe l’endroit.
  • Plus l’enfant est grand, plus il lui est nécessaire d’avoir un lieu dédié où il pourra s’isoler, être au calme, étaler ses affaires, laisser traîner ses fiches et ses post-it, etc. Plus un jeune s’approprie son espace de travail, quitte à le personnaliser un peu, mieux c’est.

4. Valoriser le travail accompli et encourager chaque réussite

  • Éviter le chantage et privilégier une récompense valorisante une fois les devoirs terminés.
  • Si faire les devoirs pose vraiment beaucoup de problèmes : remplir un tableau des réussites/avancées/progrès de façon plus ou moins artistique, promettre un jeu spécial, un moment privilégié parent-enfant, etc.

À vous de voir ce qui correspond le mieux à votre mode de fonctionnement familial.

5. Se simplifier la vie avec une « to-do list »

  • Réaliser une liste du travail à accomplir en hiérarchisant du plus urgent au moins urgent : ce conseil est plus valable au lycée et dans le supérieur dans la mesure où des travaux peuvent être planifiés plusieurs semaines à l’avance.
  • Les élèves disposant d’un téléphone peuvent même se mettre des rappels, ce qui peut faciliter la gestion de leur planning des devoirs.
  • Pour les plus jeunes enfants, barrer ou surligner dans l’agenda les devoirs réalisés permet de constater visuellement que l’on avance. Et c’est satisfaisant, tout comme cocher les éléments de sa « to-do list » lorsqu’on est plus âgé.

6. Commencer par ce qu’on aime, ce qui est facile, ce qui prend le moins de temps

Commencer par faire le travail avec lequel on se sent le plus à l’aise. Si l’enfant est un crack en mathématiques, autant qu’il commence par ce point fort : non seulement cela met en confiance, mais cela aide aussi à la concentration.

7. Anticiper les devoirs sur le long terme

Lectures, exposés, etc., il n’est pas rare, surtout dans le secondaire et le supérieur, d’avoir des devoirs à faire « au long court ». Et si jamais votre enfant prétend qu’il doit lire Madame Bovary du jour pour le lendemain, a priori, il est en tort… et n’a pas fait preuve d’anticipation.

8. Réaliser les devoirs plus longs en plusieurs fois

Compartimenter ses devoirs en lisant un ou deux chapitres par jour, par exemple, permet de ne pas être submergé par l’ampleur d’une tâche. Certains préféreront tout faire d’une traite. Mais à bien y regarder, il est rare de rédiger une composition en une seule session, à moins de vouloir se mettre dans des conditions d’examen.

D’ailleurs, l’apprentissage des tables d’addition ou de multiplication en élémentaire ne se fait pas d’un coup. Le cerveau a besoin de repos et de « digérer » ce qu’il apprend pour mieux le restituer ensuite.

9. Partir du principe que votre enfant a toujours au moins un petit devoir

Demandez à votre enfant ce qu’il a aimé apprendre à l’école. Rien que cela lui permet de renouer le fil de ce qui a été travaillé pour les plus petites classes. Pour les plus grands en particulier, la mémoire a besoin de piqûres de rappel régulières : le soir-même, à J+3, J+7, puis une fois tous les 15 jours si on veut vraiment retenir quelque chose sur le long terme.

Alors, que ce soit des verbes irréguliers d’anglais, des conjugaisons de français ou des dates en histoire, il y a toujours une leçon à relire et à apprendre, peu importe le niveau de votre enfant.

Vous l’aurez compris, il n’existe pas de solution miracle. Mais il s’agit pour vous, comme pour votre enfant, de trouver la façon la plus harmonieuse d’aborder la question des devoirs. Nous espérons que la lecture de cet article vous aura apporté quelques conseils et astuces qui vous seront utiles au quotidien.

Vous souhaitez échanger sur votre besoin ?
Nos conseillers pédagogiques sont à votre écoute