ElĂšves ensemble en cours Acadomia

Enfants, stress et maux de ventre

Article publié le 28 mai 2020 (mis à jour le 09 janvier 2024) - 0 commentaires
5 minutes
Les maux de ventre le matin avant de partir Ă  l’école sont beaucoup plus frĂ©quents que nous le pensons

Claire Saulou

Claire Saulou

RĂ©dactrice au sein du service digital d'Acadomia
ÉlĂšve stresser Ă  l'Ă©cole

80% des consultations en gastrologie pour enfants qui se plaignent de maux de ventre sont en réalité des enfants anxieux sans aucun problÚme gastrique.

Comment le stress rend-il nos enfants malades ?

L’école est le thĂ©Ăątre du stress de l’enfant et de l’adolescent
 mais Ă©galement des parents.

L’école vĂ©hicule toutes nos croyances et reprĂ©sentations autour de la rĂ©ussite avec un grand R. Pour un parent, la rĂ©ussite scolaire de l’enfant est souvent le gage de leur propre rĂ©ussite Ă  ĂȘtre un « bon parent ». Elle est alors la prĂ©occupation majeure des parents au quotidien.

Pour l’enfant, l’école devient un terrain menaçant et dangereux oĂč se niche des myriades de peurs : peur de la mauvaise note, peur de ne pas y arriver, peur du regard des autres, peur du rejet, peur de se sentir loin de chez soi,
toujours et encore la peur et la phrase « j’ai mal au ventre » qui revient accompagnĂ©e de petits troubles sans gravitĂ© apparente mais pourtant gĂȘnants au quotidien.

Et en mĂȘme temps
comment y Ă©chapper ?

Le stress est un mal insidieux, omniprĂ©sent dans nos modes de vie agitĂ©es. Nous avons peu d’autres choix car la sociĂ©tĂ© nous dicte un rythme de vie et des exigences dont il est bien difficile de se soustraire. Nous vivons donc stressĂ©s et ce stress est l’ingrĂ©dient majeur de la plupart de nos maux psychologiques et Ă©galement physiques. Notre santĂ© est alors mise Ă  mal.

Le lien entre le corps et l’esprit


Trouver la cause et les moyens pour pallier les troubles Ă©motionnels exprimĂ©s
 Le stress est un poison pour l’organisme. Responsable d’un grand nombre de ces maladies du stress dont souffrent trop souvent nos enfants : maux de ventre et de tĂȘte, trouble du sommeil, de l’alimentation, anxiĂ©tĂ© aigĂŒe ou chronique, Ă©tat dĂ©pressif, migraine, systĂšme nerveux contrarié  la liste des douleurs est longue.

L’action du stress sur l’organisme s’appelle en psychologie un symptĂŽme somatique. La somatisation apparait lorsque le dĂ©bordement Ă©motionnel est trop intense et violent pour que le psychisme puisse l’élaborer, le penser, le partager en mots
 alors les maux apparaissent.

Alors comment aider nos enfants ?

La rĂ©duction du stress  est Ă  l’origine des travaux entrepris autour de la mĂ©diation de pleine conscience. C’est pour le stress que Jon Kabat-Zinn a conçu et massivement dĂ©veloppĂ© cette pratique. Pour les enfants et les adolescents les rĂ©sultats sont identiques :

Les programmes de mĂ©ditations de pleine conscience ont fait l’objet de trĂšs nombreuses publications scientifiques pour en valider les multiples bĂ©nĂ©fices : apaiser le stress, calmer l’agitation du mental, rĂ©guler les Ă©motions mais aussi ĂȘtre plus calme, plus concentrĂ©, plus attentif, plus crĂ©atif, plus efficace, retrouver un profond sentiment de satisfaction de vie
 et, comme le petit poucet, retrouver son chemin Ă  l’intĂ©rieur de Soi pour faire Ă©merger toutes ses ressources. Plus qu’un effet placebo, la mĂ©ditation permet de traiter les petits signes de stress chez les tout petits et chez l’enfant ou l’adolescent.

Enfant stress et maux de ventre, attention et prévention à ce quelque chose de signifiant

Si vous ne parvenez pas Ă  identifier les causes du mal de ventre chez votre enfant et que les symptĂŽmes persistent, un suivi en ostĂ©opathie, une consultation chez le mĂ©decin pour identifier la pathologie, est recommandĂ©. Une prise en charge chez un psychologue ou un sophrologue dans le mĂȘme temps ou dans un second temps apporte souvent une solution et un apaisement.

Quelques conseils aux parents

Et pour vous, parents, quelques conseils au quotidien. Aux problÚmes, des solutions :

  • L’idĂ©e est d’aider l’enfant Ă  rĂ©ajuster ses reprĂ©sentations par rapport Ă  la rĂ©alitĂ© de ses compĂ©tences et de ses rĂ©sultats. Lorsque l’enfant se pose un niveau d’exigence personnel trop Ă©levĂ©, il fonctionne dans ce qu’il croit qu’on attend de lui. Il s’agit alors de l’aider Ă  questionner ses croyances qui sont souvent trop excessives pour mieux dĂ©coder les attentes des autres : parents, professeurs. « Est-ce que mes rĂ©sultats sont aussi nuls que ce que je le crois ? Aux yeux de qui ? Par rapport Ă  quoi ? », « Qu’est-ce que ça aurait changĂ© si j’avais eu 14 au lieu de 16 ? Pour qui ? Pourquoi ? » 
  • Pour chacune des rĂ©ussites de l’enfant, il est important de l’aider Ă  expliciter les compĂ©tences et qualitĂ©s qui lui ont permis de rĂ©ussir cette tĂąche afin qu’il les reconnaisse et se les approprie. Quand je rĂ©ussis, quelles sont les compĂ©tences que j’utilise, mes qualitĂ©s ? Comment faire pour les gĂ©nĂ©raliser dans les domaines oĂč je me sens moins capable

  • Face Ă  un objectif Ă©levĂ© qui engendre du stress, il est essentiel d’aider l’enfant Ă  trouver toujours des « issues de secours » Ă  la perspective d’un Ă©ventuel Ă©chec. Le vide est anxiogĂšne, n’hĂ©sitez pas Ă  Ă©laborer des chemins de traverse, des solutions alternatives pour apaiser le stress.
  • PrĂ©voir dans l’emploi du temps de l’enfant des activitĂ©s qui ne sollicitent pas la performance. Des activitĂ©s oĂč l’objectif n’est pas d’ĂȘtre fort ou d’ĂȘtre le premier, mais seulement de prendre du plaisir.
  • L’enfant anxieux face Ă  ses rĂ©sultats scolaires va d’emblĂ©e ĂȘtre convaincu que les autres vont ĂȘtre déçus. N’hĂ©sitez pas Ă  le valoriser, exprimez votre fiertĂ© pour ses efforts, sa volontĂ©, son envie de rĂ©ussir. La rĂ©ussite ne doit jamais ĂȘtre le seul objet de la fiertĂ© des parents.

Vous avez pensé au coaching pour la confiance en soi ?

Le coaching scolaire, une aide précieuse pour se sentir bien dans sa scolarité avec Acadomia

Et bien sĂ»r
 restons vigilants aux :

  • « Bravo, mais  » qui annule l’effet positif de la valorisation. Partager ces deux injonctions dans deux temps diffĂ©rents : le temps de la valorisation est un moment oĂč on pointe le positif et on exprime sa fiertĂ©. Le temps de la critique est un moment oĂč on rĂ©flĂ©chit ensemble Ă  la progression de l’enfant.
  • « Ce n’est pas grave » qui dĂ©nigre les Ă©motions de l’enfant. Un enfant stressĂ© a besoin d’ĂȘtre reconnu et compris dans ses Ă©motions. Si cette expression est utilisĂ©e pour dĂ©dramatiser et relativiser un Ă©vĂ©nement, elle ne doit pas remplacer un moment de partage Ă©motionnel avec l’enfant.

Une Ă©motion n’est jamais anodine ou inadaptĂ©e, elle a toujours un sens pour l’enfant, elle doit ĂȘtre respectĂ©e et comprise.

Cet article vous a intĂ©ressĂ© ?
Laissez-nous un commentaire

Foire aux questions

Si vous n’y trouvez pas la rĂ©ponse Ă  votre question, n’hĂ©sitez pas Ă  nous contacter

Les douleurs abdominales chez l’enfant peuvent avoir diffĂ©rentes causes, notamment liĂ©es Ă  des problĂšmes de digestion tels que la constipation, les diarrhĂ©es, les ballonnements ou l’indigestion (mal Ă  l’ estomac…). D’autres facteurs, tels que le stress, l’anxiĂ©tĂ© ou des infections gastro-intestinales peuvent provoquer une douleur abdominale.

Il est important d’identifier la cause sous-jacente des douleurs abdominales de votre enfant. Si les douleurs sont liĂ©es Ă  des problĂšmes de digestion, vous pouvez encourager une alimentation saine et Ă©quilibrĂ©e, avec une consommation adĂ©quate de fibres et de liquides. L’utilisation de mĂ©thodes de relaxation, comme la respiration profonde, le yoga ou la mĂ©ditation soulage efficacement les douleurs liĂ©es au stress.

Si les douleurs abdominales de votre enfant persistent pendant une pĂ©riode prolongĂ©e, s’aggravent, ou s’accompagnent d’autres symptĂŽmes inquiĂ©tants tels que des vomissements frĂ©quents, de la fiĂšvre ou du sang dans les selles, il est recommandĂ© de consulter un mĂ©decin pour obtenir un diagnostic prĂ©cis et un traitement appropriĂ©.