Elèves ensemble en cours Acadomia

Comment se préparer pour réussir un oral sans stresser ?

Article publié le 03 mai 2021 (mis à jour le 10 janvier 2024) - 0 commentaires
3 minutes
Avoir le trac à l’oral, être stressé à l’idée de présenter un exposé, c’est normal ! La prise de parole en public devant un jury ou une classe entière est source de stress pour (presque) tout le monde.
Voici nos 3 conseils pour arriver prêt et confiant le jour J.
Laëtitia Leroy

Laëtitia Leroy

Responsable du service pédagogie Acadomia
Lycéenne passe au tableau pour se préparer au grand oral

Dompter le stress de l’oral

Le stress ne doit pas être considéré comme un ennemi, au contraire, le stress est un état d’hypervigilance qui permet de mobiliser toutes les ressources physiques et intellectuelles pour faire face à une situation jugée critique.

Le trac de l’oral permet donc d’améliorer sa performance, à condition toutefois de savoir le maintenir à un bon niveau : à trop forte dose, il peut être paralysant.

Prendre l’habitude de soigner son expression

De nombreuses techniques de gestion du stress permettent d’éviter cet écueil : elles sont à explorer et à expérimenter bien en amont de l’échéance.

Même dans les interactions les plus simples, c’est un autre bon pli à prendre : cela implique de répondre par une phrase complète, d’utiliser un vocabulaire précis, de réduire voire de bannir les tics de langage en vogue, qui parasitent le message (les « genre » et autres « en mode » et « du coup ») ; et bien sûr, d’apprendre à débattre en se fondant sur des arguments et non sur des affirmations gratuites (même quand il s’agit de défendre sa série préférée).

Préparez-vous efficacement pour votre oral

De bonnes méthodes pour exceller au Grand Oral du bac

Multiplier les entraînements et la pratique

Il faut profiter de la moindre occasion lors de son travail scolaire ou de ses révisions pour s’entraîner à l’oral et réussir son baccalauréat.

Lire à voix haute des passages de ses livres ou de ses manuels.
Cela permet de travailler l’élocution, l’intonation, tout en consolidant la compréhension et la mémorisation. Bien sûr, se proposer pour lire en classe est aussi un moyen peu coûteux de s’entraîner et de gagner en assurance.

Jouer au prof.
Tenter de présenter un cours à voix haute de façon fluide, comme un enseignant, est en outre un excellent moyen pour le mémoriser. Le faire face à un miroir, s’enregistrer ou se filmer permettra de percevoir ses défauts de « forme », et d’y remédier (problèmes éventuels d’articulation, de volume sonore, de prise de distance par rapport aux notes, de gestuelle).

Parler anglais (ou espagnol, ou allemand…) à son chat
Il faut aussi se préparer aux oraux de langue ! Par ailleurs, pour le Grand oral, si la question traitée porte sur la spécialité langues, les deux premiers temps de l’épreuve peuvent se dérouler dans la langue vivante concernée, si le candidat le souhaite. On peut donc s’amuser à parler à la maison (pas uniquement avec son chat…) dans les langues apprises au lycée, pour que les mots viennent plus naturellement.

Débattre
Communiquer le plus souvent possible, saisir les occasions d’exprimer ses idées, son point de vue (en argumentant bien entendu). Il n’y a pas qu’en classe qu’on peut le faire.

Tester les « virelangues ».
Les virelangues sont des phrases difficiles à prononcer que l’on répète pour apprendre à bien articuler à l’oral. Par exemple : « Qui crut croquer une crevette crue croqua une croquette craquante », « Natacha n’attacha pas son chat qui s’échappa, Sacha se fâcha » ou « je veux et j’exige d’exquises excuses ».

Soigner les répétitions avant le jour J.
Une intervention se répète autant de fois que nécessaire, jusqu’à ce que tout semble suffisamment naturel et fluide. Solliciter un « public test » ou se filmer est un bon moyen de voir ce qu’il faut encore travailler, qui doit concerner le fond mais aussi la forme : le regard, la posture, les gestes, les expressions faciales, les silences… Un professeur particulier peut aussi vous entrainer chez vous.

Anticiper l’entretien.
Un entretien, où il s’agit de répondre en direct aux questions d’un jury, ne peut, malgré les apparences, laisser place à l’improvisation. Comme pour toute activité, on n’arrive à un bon niveau qu’avec un entraînement régulier. Autrement dit : y aller « au talent », c’est le meilleur moyen d’échouer. Un soutien scolaire pendant l’année de terminale peut aider à prendre confiance.

Se lancer à l’oral

Avant le jour J, il existe bien des occasions pour pratiquer la prise de parole en public : prendre la parole en cours dès qu’on n’a pas compris quelque chose, plutôt que de garder ses questions pour soi par peur de paraître stupide, est une première et excellente habitude à prendre.

Ne pas hésiter à répondre aux questions posées par l’enseignant en est une seconde : on peut procéder par étapes si on est timide, en commençant par participer quand le prof pose des questions simples auxquelles on peut répondre en une seule phrase. Puis, quand une fois les premières craintes dissipées, tenter de répondre plus longuement.

Affronter enfin son public constituera la dernière étape du parcours: il faudra penser le jour J à respecter les règles élémentaires d’un oral d’examen : être à l’heure, soigner son apparence, faire preuve de courtoisie – saluer, sourire – et de naturel, bref, se montrer ouvert et à l’écoute !

Se préparer à l’oral

Les solutions Acadomia pour réussir le Grand oral au bac

Cet article vous a intéressé ?
Laissez-nous un commentaire

Foire aux questions

Les réponses à vos questions…

Le stress avant un oral est normal. Pour le gérer efficacement, il est conseillé de pratiquer des techniques de relaxation, de respiration, et de visualisation positive. Il est également important de bien connaître son sujet et de s’entraîner régulièrement. Se préparer mentalement en anticipant les questions possibles et en se visualisant réussir peut aussi être très utile.

Pour s’entraîner efficacement à l’oral, il est recommandé de multiplier les occasions de prise de parole. Lire à haute voix, se filmer ou se regarder dans un miroir, jouer au professeur, et participer activement en classe sont d’excellents moyens de s’entraîner. S’entraîner avec des amis ou la famille peut également être bénéfique, tout comme la pratique régulière de virelangues pour mieux articuler.

Pour un oral de langue étrangère, vous devez pratiquer la langue régulièrement dans un contexte authentique. Parler dans la langue cible avec son entourage, regarder des films, écouter de la musique ou lire dans cette langue sont également de bonnes pratiques. Il est aussi important de se familiariser avec la culture associée à la langue pour enrichir son vocabulaire et parfaire sa compréhension des nuances linguistiques.

Pour améliorer son expression orale, il est essentiel d’avoir une communication claire et précise au quotidien : répondre avec des phrases complètes, choisir un vocabulaire approprié et réduire l’usage de tics de langage.

Participer à des débats, présenter des arguments bien fondés plutôt que de simples affirmations et se concentrer sur une élocution claire sont des pratiques quotidiennes qui peuvent améliorer vos compétences à l’oral.