Les 3 critères pour progresser en langues

Rappel des règles de la langue
Exercices
Pratique orale régulière
Progrès dans une langue étrangère

Quelle qu’elle soit, les difficultés qu’un élève peut rencontrer dans la maîtrise d’une langue sont multiples.

Plus ses difficultés seront importantes, plus il aura de mal à communiquer, à s’exprimer et à comprendre son environnement. Acadomia vous accompagne quel que soit votre niveau et à tout moment de l’année.

Comment ça marche ?

Contactez l’un de nos conseillers pédagogiques, proche de chez vous
Notre conseiller pédagogique vous écoute et vous propose la solution adaptée et le meilleur enseignant
Vos cours démarrent ! Toutes nos solutions sont possibles à domicile, en centre ou en ligne

Comment ça marche ?

Contactez l’un de nos conseillers pédagogiques, proche de chez vous
Notre conseiller pédagogique vous écoute et vous propose la solution adaptée et le meilleur enseignant
Vos cours démarrent ! Toutes nos solutions sont possibles à domicile, en centre ou en ligne

Un diagnostic, une prescription, des progrès en langues

Évaluer son niveau, pourquoi et comment ?

Le cadre européen CECRL impose des normes en fin de collège comme en fin de lycée afin de s’assurer que les bases sont acquises voire dépassées. En terminale, viser un B2/C1 est essentiel pour pouvoir accéder aux études supérieures en France.

Désormais, l’université et toutes les écoles post-bac exigent une certification de niveau en langue anglaise. Se préparer en amont à cet exercice est un atout pour obtenir un score satisfaisant sans stresser ; une simple formalité quand on est familier de l’exercice et coaché par un enseignant expert de la langue.

Comment développer sa compréhension écrite et orale ?

Regarder films et séries en VO : voilà un moyen efficace de progresser en compréhension orale et de parfaire son vocabulaire. Différentes solutions sont possibles, plus ou moins difficiles : avec sous-titres en VF pour les francophones frileux, avec sous-titres en VO pour travailler la grammaire, sans sous-titres pour les plus téméraires.

Lire : on ne rappellera jamais trop les bienfaits de la lecture sur la maîtrise de l’oral et de l’écrit. Les revues en langue étrangère à destination des enfants et ados sont souvent accompagnées d’un CD permettant d’appréhender la sonorité de la langue, les règles de conjugaison et de grammaire, et les idiomatismes et expressions courantes du moment. En matière de littérature, les romans d’Agatha Christie, de Roald Dahl et les Mafalda sont accessibles dès la fin du collège, Harry Potter au lycée.

Trois conseils :

  1. Commencer petit, en lisant quelques pages, puis un chapitre.
  2. Accepter de ne pas tout comprendre mot à mot : le principal est d’abord de comprendre la globalité. Avec la pratique, le vocabulaire va s’enrichir. Identifier une personne ressource à qui poser ses questions ou lire en édition bilingue pour lire les passages linguistiques d’une langue à l’autre.
  3. Avoir un dictionnaire ou une appli dico à portée de main si vraiment on ne maîtrise pas un mot qui semble central. Mais attention à la tentation de vouloir l’utiliser tout le temps : on risque de se décourager et de cesser la lecture, ce qui serait contre-productif.

Jouer à des jeux-vidéo en VO : les gamers peuvent ainsi devenir experts d’un champ lexical correspondant à l’univers du jeu auquel ils jouent.

Écouter la radio en direct ou des podcasts : cela entraîne l’oreille sur les intonations, les phrasés, les expressions courantes voire familières. À la différence du film ou de la série, le contexte visuel n’est pas présent donc l’exercice peut, au premier abord, sembler plus complexe.

Télécharger une appli permettant de réviser des règles d’orthographe et de grammaire que l’on ne maîtrise pas bien et de réaliser des exercices. Fini la procrastination en éclatant des bonbons pendant des heures.

Pour travailler son expression orale, s’exercer et communiquer car « c’est en forgeant qu’on devient forgeron ». À force d’entraînement, les exercices écrits comme oraux, selon les lacunes, permettent d’assimiler la règle d’orthographe, de conjugaison, de grammaire qui pose problème. C’est contraignant, mais cela paye pour peu que l’on se donne la peine de s’y astreindre.

Quant aux personnes ressources qui seront une aide utile, il ne faut pas hésiter à les solliciter si besoin : parents, enseignants, professeurs particuliers, spécialistes, etc., sont autant de personnes à solliciter en fonction de leurs compétences à l’oral.

Pour les étudiants, l’immersion, en faisant un séjour linguistique ou un échange universitaire (ERASMUS par exemple), est encore la meilleure solution. Et quand on se met à penser et rêver dans la langue du pays où l’on se trouve, c’est gagné. C’est le moyen le plus efficace de faire des progrès extrêmement rapides.

Prendre des cours, idéalement avec une personne dont la langue que l’on veut travailler est la langue maternelle. C’est encore mieux en cours collectifs si on veut mettre en pratique ses connaissances et se frotter au réel tout en peaufinant sa prononciation.

Pendant les vacances pour un renforcement ou toute l’année afin de s’entraîner, chez Acadomia, nous utilisons la méthode Cambridge English pour nos élèves en collectif : tous passent une certification en fin d’année attestant de leur niveau et valable à l’étranger.

Quel enseignant choisir pour progresser rapidement ?

L’avantage de travailler avec un professeur bilingue ou originaire d’un pays où la langue étudiée est parlée ? Un échange authentique au cours duquel on acquiert une culture générale, une bonne prononciation, un bon accent.

La fluidité de l’interaction apporte aisance et confort. L’étude de l’écrit à travers des échanges oraux est une méthode qui fonctionne bien car elle met en action deux ou plus d’individus qui fournissent un effort mutuel pour se comprendre le mieux possible.

La sélection d’un enseignant n’est pas forcément facile faute de temps et de connaissances en matière de recrutement. Acadomia est expert dans ce recrutement depuis de nombreuses années. Votre demande et votre brief seront toujours écoutés et respectés pour un résultat au-delà de vos attentes.

Pourquoi commencer tôt l’apprentissage d’une langue étrangère ?

Plus on commence tôt l’apprentissage de l’anglais, de l’espagnol, de l’allemand ou de toute autre langue, plus la plasticité cérébrale, très souple à cette période du développement, favorise l’acquisition des savoirs. On le sait, les enfants avant l’âge de 12 ans sont de véritables éponges en langues. Profiter de la petite enfance pour faire infuser une nouvelle langue doucement, de façon ludique, est idéal dans la mesure du possible.

Chanter, compter, lire et jouer : des actions simples aux effets spectaculaires. Introduire des réflexes linguistiques de façon naturelle dès l’enfance, c’est possible en mettant en place un suivi hebdomadaire avec un professeur expérimenté, une ou deux fois par semaine en fonction de l’âge, selon le temps disponible dans la semaine bien sûr, pour que la langue ne devienne pas un poids et reste un jeu.

En France, au sein de certaines familles, il est d’usage de passer tout un repas à parler anglais, espagnol, etc., pour inciter les enfants à la pratique orale. C’est une bonne idée, le mieux restant toutefois de pouvoir échanger avec une personne dont c’est la langue maternelle ; un cours particulier à raison d’une à deux séances par semaine reste une solution fiable et efficace. Parler avec d’autres enfants qui ont les mêmes centres d’intérêt au sein d’un petit groupe apporte aussi des résultats satisfaisants.

Pourquoi ne pas profiter des vacances pour se remettre à niveau et combler ses lacunes en langues ?

Un diagnostic, une prescription, des progrès en langues

Le cadre européen CECRL impose des normes en fin de collège comme en fin de lycée afin de s’assurer que les bases sont acquises voire dépassées. En terminale, viser un B2/C1 est essentiel pour pouvoir accéder aux études supérieures en France.

Désormais, l’université et toutes les écoles post-bac exigent une certification de niveau en langue anglaise. Se préparer en amont à cet exercice est un atout pour obtenir un score satisfaisant sans stresser ; une simple formalité quand on est familier de l’exercice et coaché par un enseignant expert de la langue.

Regarder films et séries en VO : voilà un moyen efficace de progresser en compréhension orale et de parfaire son vocabulaire. Différentes solutions sont possibles, plus ou moins difficiles : avec sous-titres en VF pour les francophones frileux, avec sous-titres en VO pour travailler la grammaire, sans sous-titres pour les plus téméraires.

Lire : on ne rappellera jamais trop les bienfaits de la lecture sur la maîtrise de l’oral et de l’écrit. Les revues en langue étrangère à destination des enfants et ados sont souvent accompagnées d’un CD permettant d’appréhender la sonorité de la langue, les règles de conjugaison et de grammaire, et les idiomatismes et expressions courantes du moment. En matière de littérature, les romans d’Agatha Christie, de Roald Dahl et les Mafalda sont accessibles dès la fin du collège, Harry Potter au lycée.

Trois conseils :

  1. Commencer petit, en lisant quelques pages, puis un chapitre.
  2. Accepter de ne pas tout comprendre mot à mot : le principal est d’abord de comprendre la globalité. Avec la pratique, le vocabulaire va s’enrichir. Identifier une personne ressource à qui poser ses questions ou lire en édition bilingue pour lire les passages linguistiques d’une langue à l’autre.
  3. Avoir un dictionnaire ou une appli dico à portée de main si vraiment on ne maîtrise pas un mot qui semble central. Mais attention à la tentation de vouloir l’utiliser tout le temps : on risque de se décourager et de cesser la lecture, ce qui serait contre-productif.

Jouer à des jeux-vidéo en VO : les gamers peuvent ainsi devenir experts d’un champ lexical correspondant à l’univers du jeu auquel ils jouent.

Écouter la radio en direct ou des podcasts : cela entraîne l’oreille sur les intonations, les phrasés, les expressions courantes voire familières. À la différence du film ou de la série, le contexte visuel n’est pas présent donc l’exercice peut, au premier abord, sembler plus complexe.

Télécharger une appli permettant de réviser des règles d’orthographe et de grammaire que l’on ne maîtrise pas bien et de réaliser des exercices. Fini la procrastination en éclatant des bonbons pendant des heures.

Pour travailler son expression orale, s’exercer et communiquer car « c’est en forgeant qu’on devient forgeron ». À force d’entraînement, les exercices écrits comme oraux, selon les lacunes, permettent d’assimiler la règle d’orthographe, de conjugaison, de grammaire qui pose problème. C’est contraignant, mais cela paye pour peu que l’on se donne la peine de s’y astreindre.

Quant aux personnes ressources qui seront une aide utile, il ne faut pas hésiter à les solliciter si besoin : parents, enseignants, professeurs particuliers, spécialistes, etc., sont autant de personnes à solliciter en fonction de leurs compétences à l’oral.

Pour les étudiants, l’immersion, en faisant un séjour linguistique ou un échange universitaire (ERASMUS par exemple), est encore la meilleure solution. Et quand on se met à penser et rêver dans la langue du pays où l’on se trouve, c’est gagné. C’est le moyen le plus efficace de faire des progrès extrêmement rapides.

Prendre des cours, idéalement avec une personne dont la langue que l’on veut travailler est la langue maternelle. C’est encore mieux en cours collectifs si on veut mettre en pratique ses connaissances et se frotter au réel tout en peaufinant sa prononciation.

Pendant les vacances pour un renforcement ou toute l’année afin de s’entraîner, chez Acadomia, nous utilisons la méthode Cambridge English pour nos élèves en collectif : tous passent une certification en fin d’année attestant de leur niveau et valable à l’étranger.

L’avantage de travailler avec un professeur bilingue ou originaire d’un pays où la langue étudiée est parlée ? Un échange authentique au cours duquel on acquiert une culture générale, une bonne prononciation, un bon accent.

La fluidité de l’interaction apporte aisance et confort. L’étude de l’écrit à travers des échanges oraux est une méthode qui fonctionne bien car elle met en action deux ou plus d’individus qui fournissent un effort mutuel pour se comprendre le mieux possible.

La sélection d’un enseignant n’est pas forcément facile faute de temps et de connaissances en matière de recrutement. Acadomia est expert dans ce recrutement depuis de nombreuses années. Votre demande et votre brief seront toujours écoutés et respectés pour un résultat au-delà de vos attentes.

Plus on commence tôt l’apprentissage de l’anglais, de l’espagnol, de l’allemand ou de toute autre langue, plus la plasticité cérébrale, très souple à cette période du développement, favorise l’acquisition des savoirs. On le sait, les enfants avant l’âge de 12 ans sont de véritables éponges en langues. Profiter de la petite enfance pour faire infuser une nouvelle langue doucement, de façon ludique, est idéal dans la mesure du possible.

Chanter, compter, lire et jouer : des actions simples aux effets spectaculaires. Introduire des réflexes linguistiques de façon naturelle dès l’enfance, c’est possible en mettant en place un suivi hebdomadaire avec un professeur expérimenté, une ou deux fois par semaine en fonction de l’âge, selon le temps disponible dans la semaine bien sûr, pour que la langue ne devienne pas un poids et reste un jeu.

En France, au sein de certaines familles, il est d’usage de passer tout un repas à parler anglais, espagnol, etc., pour inciter les enfants à la pratique orale. C’est une bonne idée, le mieux restant toutefois de pouvoir échanger avec une personne dont c’est la langue maternelle ; un cours particulier à raison d’une à deux séances par semaine reste une solution fiable et efficace. Parler avec d’autres enfants qui ont les mêmes centres d’intérêt au sein d’un petit groupe apporte aussi des résultats satisfaisants.

Pourquoi ne pas profiter des vacances pour se remettre à niveau et combler ses lacunes en langues ?

Où nous trouver ?

Nous sommes proches de chez vous.

Parler une ou des langues étrangères, le sésame

Dans un monde de communication et d’échanges internationaux, il est important de privilégier voire de miser sur l’apprentissage d’une langue étrangère. En immersion, en cours particuliers ou collectifs, la méthode est toujours bonne quand les conditions nécessaires à la pratique sont réunies.

De l’importance de se certifier en langues

Les cours de langues en petit groupe permettent une pratique orale et donc interactive. Rien ne vaut des méthodes efficaces et une langue parlée pour vraiment progresser et donc combler ses lacunes. Communiquer et s’entraîner sont les deux pôles qui permettent à tout un chacun, enfant comme adulte, de combler ses lacunes en langues vivantes, quelles qu’elles soient.

Avoir une bonne maîtrise d’une langue étrangère, de ses codes, et faire valider ses compétences, par exemple avec un TOEIC pour l’anglais, un DELE pour l’espagnol ou un TOEFL pour l’allemand, sont clairement des plus sur un CV et un gage de qualité et de compétence.

Vous souhaitez échanger sur votre besoin ?
Nos conseillers pédagogiques sont à votre écoute