ElĂšves ensemble en cours Acadomia

De quoi la procrastination est-elle le nom ?

Article publié le 25 juin 2020 (mis à jour le 02 mai 2024) - 0 commentaires
5 minutes
Ce mot est devenu Ă  la mode. Il Ă©voque cette attitude dĂ©routante et souvent coriace de ceux qui n’arrivent pas Ă  s’y mettre, prĂ©fĂ©rant s’adonner Ă  mille et une autres choses que ce qu’ils sont supposĂ©s faire.

Ce mot est devenu Ă  la mode. Il Ă©voque cette attitude dĂ©routante et souvent coriace de ceux qui n’arrivent pas Ă  s’y mettre, prĂ©fĂ©rant s’adonner Ă  mille et une autres choses que ce qu’ils sont supposĂ©s faire. Et qu’ils finissent par faire… au dernier moment. À l’ultime moment parfois. Au risque d’un travail inachevĂ© et souvent bĂąclĂ©.

La peur d’échouer est la racine de la procrastination : tant que je ne travaille pas je peux maintenir l’illusion, Ă  mes propres yeux et Ă  ceux des autres, que si je m’y mettais, je rĂ©ussirai. Ne pas faire, c’est ne pas prendre le risque de l’échec. C’est une forme de protection de l’estime de soi.

Mais, plus paradoxal, la procrastination cache parfois la peur de rĂ©ussir. RĂ©ussir, c’est s’exposer, rĂ©ussir, c’est crĂ©er de nouvelles attentes, et cela peut inhiber le passage Ă  l’action. Encore un tour de passe-passe d’une estime de soi fragile et de la peur de dĂ©cevoir.

DerniĂšre facette insolite : la procrastination peut ĂȘtre un atout efficace pour ceux qui ont besoin d’adrĂ©naline (le bon stress) pour tout faire vite et en un minimum de temps. Et ils le feront beaucoup mieux au dernier moment que s’ils doivent planifier la tĂąche sur une longue  pĂ©riode. Une attitude dĂ©concertante pour l’entourage, stressante pour tout le monde mais une stratĂ©gie cognitive et Ă©motionnelle parfois gagnante, pour certains en tout cas !

La procrastination quand elle s’installe de façon durable peut ĂȘtre invalidante. Ce sont surtout les ados, les plus grands qui en sont ses victimes, et une proportion non nĂ©gligeable d’adultes. Avec le plus souvent une grande culpabilitĂ©, voire une forme de honte : je sais que je devrai faire ceci ou cela, je n’ai aucune raison de ne pas m’y mettre, aucune raison objective, et pourtant je ne bouge pas
 Souvent d’ailleurs, et les adultes procrastinateurs le savent ! on fait et refait dans sa tĂȘte ce qui devrait ĂȘtre fait dans la rĂ©alitĂ©. Comme si on se prĂ©parait Ă  l’action sans arriver Ă  s’y mettre. Ces formes de procrastination compactes, durables et invalidantes doivent ĂȘtre considĂ©rĂ©es avec sĂ©rieux car le procrastinateur est en souffrance. Il a besoin d’aide. Des alternatives existent comme pour toute difficultĂ© psychologique, et souvent un travail sur l’estime de soi et la confiance en soi sera la porte d’entrĂ©e. Renouer avec ses ressources. Retrouver un sentiment de compĂ©tence. Fonctionner avec sĂ©rĂ©nitĂ© Ă  la fois sous son propre regard et sous le regard des autres.

Les thĂ©rapies de 3Ăšme gĂ©nĂ©ration (ACT, thĂ©rapie d’acceptation et d’engagement, psychologie positive, mĂ©ditation de pleine conscience
) sont les thĂ©rapies contemporaines qui ont montrĂ© la meilleure efficacitĂ© pour accompagner tous ceux qui, Ă  force de procrastiner ont leur vie empoisonnĂ©e.

Et pendant les vacances, la procrastination devient dĂ©lectation, rien n’est obligĂ©, rien n’est pressĂ©, tout peut ĂȘtre reportĂ©, alors
 profitez !!!

Cet article vous a intĂ©ressĂ© ?
Laissez-nous un commentaire