Nouveautés au baccalauréat 2023: spécialités, options, calendrier, on fait le point

Article mis à jour le 27 octobre 2022
En 2021, la réforme du baccalauréat a mis fin aux trois anciens cursus principaux : L (littéraire), S (scientifique) et ES (économique et social).

En supprimant la voie classique de ces grandes filières principales, elle permet désormais aux lycéens de personnaliser leur parcours en fonction de leurs ambitions mais aussi de leurs goûts. L’objectif est d’offrir un tronc commun de matières principales à tous les élèves, qui choisissent dès la seconde leurs 3 spécialités selon leur projet d’études, leurs affinités et leurs envies. Des matières en option peuvent enrichir leur parcours dès la première.

Nouveauté importante cette année, la réforme augmente la part de contrôle continu dans la note finale du bac. Elle se répartit entre 40 % de contrôle continu et 60 % de résultats d’épreuves terminales. La moyenne trimestrielle de ces matières en contrôle continu comptera désormais comme note au bac. Une autre matière s’ajoute à celles comptabilisées dans le contrôle continu : l’enseignement moral et civique (EMC), qui aura un coefficient 2 (1 en première, 1 en terminale).

Les matières communes en contrôle continu ont de nouveaux coefficients

Évaluées tout au long de l’année, ces EC (évaluations communes) concernent la spécialité suivie uniquement en première et quatre matières du tronc commun :

  • Langues vivantes A et B,
  • Histoire-géo,
  • Maths en bac techno,
  • Enseignement scientifique en bac général,

Chaque matière n’aura pas le même poids dans la notation. Si le contrôle continu compte toujours pour 40 % de la note finale (ou coefficient 40),

  • la spécialité suivie uniquement en première (abandonnée en terminale) sera la matière la plus importante de l’année avec un coefficient 8,
  • les autres matières du tronc commun ont un coefficient 6 (3 en première et 3 en terminale, pour un total de 30),
  • l’enseignement moral et civique (EMC) complétera avec un coefficient 2 (1 en première, 1 en terminale).

Spécialités, nous voilà !

Le lycée général se rapproche d’une formule à la carte. Les candidats passent chacun deux épreuves de spécialité (coefficient 16) parmi un choix de 13 matières en filière générale (cf. liste ci-dessous). Elles comptent à elles deux pour un tiers des résultats du bac, calculés sur 100 points.

  • Arts (arts plastiques, arts du cirque, histoire de l’art, musique, danse, cinéma audiovisuel ou théâtre)
  • Éducation physique, pratiques et cultures sportives
  • Littérature, langues et culture de l’antiquité (latin ou grec)
  • Langues, littératures et cultures étrangères ou régionales
  • Humanités, littérature et philosophie
  • Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques
  • SES (sciences économiques et sociales)
  • Maths
  • Physique-chimie
  • Numérique et sciences informatiques
  • Sciences de l’ingénieur
  • SVT ou biologie-écologie (dans les lycées agricoles)

Calendrier :

Au 2e trimestre de la seconde, les élèves choisissent leurs trois spécialités de première (quatre heures par semaine).

En janvier ou février de la première, ils choisissent la spécialité abandonnée en terminale.

Les deux spécialités restantes compteront chacune pour 6 heures dans l’emploi du temps.

Nos conseils pour bien choisir les spécialités

Si l’orientation de votre jeune n’est pas encore fixée, il faut privilégier des spécialités qui lui plaisent car cela l’aidera à construire un projet d’orientation cohérent. De plus, sa motivation, ses notes et la cohérence de son parcours seront mis en avant sur Parcoursup.

À l’inverse, s’il a déjà une idée des études qui l’attirent, renseignez-vous assez tôt avec lui sur les recommandations ou contraintes imposées dans ce domaine d’études ou par ces formations. Il faut vérifier deux choses. D’abord, si une spécialité est indispensable pour entrer dans ces formations. On pense par exemple aux mathématiques, qui seront obligatoires pour entrer dans la plupart des écoles d’ingénieurs, dans les classes prépas scientifiques et dans certains IUT. Même les prépas littéraires B/L demanderont aux candidats d’avoir fait des maths jusqu’en terminale, tout comme encore de nombreuses formations sélectives non-scientifiques (notamment en économie).

Toutefois, dans de nombreux cas, l’option maths complémentaires sera suffisante en terminale. Ces règles dépendent des formations et des filières, et, nous insistons sur ce point, exigent des lycéens qu’ils s’informent dès la première sur leur poursuite d’études. Les autres spécialités contraignantes sont presque toujours scientifiques. Par exemple, les SVT seront nécessaires pour intégrer des écoles vétérinaires ou des formations paramédicales, et la physique-chimie est fortement recommandée pour les prépas PSI, PTSI ou PCSI.

Des options en sus sont possibles en première

Au lycée, les cours ne s’arrêtent pas forcément au tronc commun et aux spécialités. Les options vous permettent également d’enrichir votre culture, de renforcer vos connaissances, mais aussi de parfaire votre orientation. Les candidats ne peuvent être évalués au total sur plus de deux enseignements optionnels.

Dans la voie technologique, les élèves peuvent faire valoir leurs résultats dans deux options en classe de première, et dans deux options en classe de terminale. Dans la voie générale, les élèves peuvent faire valoir leurs résultats dans une option en classe de première, et dans deux options en classe de terminale, chacune appartenant à un groupe d’enseignements optionnels distinct, auxquelles peuvent s’ajouter chaque année un ou deux enseignements optionnels de Langues et cultures de l’Antiquité, en latin et en grec. L’inscription à une option à l’examen emporte, pour le candidat, l’obligation de faire valoir ses résultats en contrôle continu dans cet enseignement.

Bon à savoir : À partir de la première, les notes récoltées en options peuvent compter pour le bac, sous la forme de contrôle continu (moyenne annuelle sur les deux années, coefficient 2). Ce n’est pas un bonus : la note entière (avec son coefficient) est ajoutée à votre total de point, ce qui en fait une matière à part entière.

Au menu :

  • En première: Arts (arts plastiques, cinéma audiovisuel, danse, histoire des arts, musique, théâtre), Langues et cultures de l’Antiquité (LCA), EPS, Langue vivante étrangère C, Langue régionale ou des signes française.
  • En terminale générale, le choix des options peut être en revanche beaucoup plus stratégique. Trois nouvelles options s’ajoutent à la liste de première : maths expertes, maths complémentaires et droit et grands enjeux du monde contemporain (DGEMC). Vous n’en suivez plus que deux, mais le volume horaire passe à six heures par semaine.

À vos calendriers !

Les épreuves du baccalauréat auront lieu en mars et juin 2023. Il s’agit de la première session où le ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse appliquera de façon « complète » la réforme du baccalauréat général et technologique.

  1. Les épreuves écrites de français se tiendront le jeudi 15 juin, le matin. Les dates des épreuves orales anticipées de français seront ainsi déterminées par les académies.
  2. Les épreuves écrites du baccalauréat général et technologique auront lieu en deux temps :
    • Les épreuves écrites de spécialité sont fixées les lundi 20, mardi 21 et mercredi 22 mars 2023, afin que les notes obtenues puissent être prises en compte dans les dossiers Parcoursup. Elles porteront sur « une partie resserrée » du programme.
    • Les épreuves de philosophie sont fixées le mercredi 14 juin 2023 dans la matinée.
  3. Les épreuves du Grand oral sont fixées par la suite, du lundi 19 juin au vendredi 30 juin 2023.

Les résultats du bac général et technologique seront connus à partir du 4 juillet 2023. Enfin, les épreuves du second groupe du baccalauréat général et technologique, dites « épreuves de rattrapage », se dérouleront jusqu’au vendredi 7 juillet 2023 inclus.

En guise de conclusion

Le bac général supprime donc désormais ainsi la voie classique des trois grandes filières principales. Plus théorique, il offre une bonne culture générale permettant de poursuivre en études supérieures.

En 2021, les choix formulés par les élèves et les propositions des établissements ont souligné la cohérence des parcours : la grande majorité des candidats s’orientaient vers des secteurs prédéfinis par leurs spécialités. Le choix des spécialités est donc synonyme de préorientation… Mais attention, tous les lycées ne proposent pas toutes les spécialités.

Renseignez-vous bien auprès de votre établissement sur les possibilités qui s’offrent à vous. Cette année, pour la première fois, les notes des épreuves de spécialité (en mars prochain) seront prises en compte par la plateforme d’accès à l’enseignement supérieur Parcoursup. C’est donc désormais Parcoursup – avec son accès opaque – qui devient le véritable objectif des années lycée. On peut le regretter. Il n’empêche que, et cela rassurera grands et plus jeunes, le taux de réussite au baccalauréat de 91,1 % en 2022 confirme bien la démocratisation de cet examen.

L'auteur
Universitaire de formation, passionnée par le sujet de l’éducation, de la formation et la transmission des savoirs, un séjour de 13 ans au Royaume-Uni a donné à mon expertise de l’enseignement une vision internationale et ouverte au monde en changement.
Laisser un commentaire
Commentaires
*
*

L'auteur
Universitaire de formation, passionnée par le sujet de l’éducation, de la formation et la transmission des savoirs, un séjour de 13 ans au Royaume-Uni a donné à mon expertise de l’enseignement une vision internationale et ouverte au monde en changement.

Tags

Articles